25/05/2007

Vottem : grève de la faim

Communiqué de presse

 

Depuis 15 jours déjà, deux personnes détenues au centre fermé pour étrangers de Vottem, d'origine kurde, sont en grève de la faim. Aucune solution n'est intervenue quant à leur situation; leur santé, leur vie sont maintenant en danger!

Monsieur CISSEK et Monsieur VANDETTIN sont tous les deux kurdes et de nationalité turque. Ils  ont vu leurs demandes d'asile refusées alors qu'ils ont été poursuivis en Turquie comme déserteurs et sont considérés comme militants de la cause kurde. L'un et l'autre craignent de très graves persécutions s'ils devaient être expulsés vers la Turquie. 

L'un et l'autre ont des attaches en Belgique, lieu qu'ils ont choisi  depuis plusieurs années comme terre d'accueil, y rejoignant de la famille, des amis. L'un attend une réponse à une nouvelle demande d'asile, l'autre une réponse à une demande de régularisation.

 

Comme beaucoup d'autres, ils sont victimes de la politique restrictive de l'Etat belge en matière d'asile et des procédures expéditives de l'Office des Etrangers. Rappelons que selon les années, entre 85 et 90% des demandes d'asiles sont refusées! Le demandeur d'asile est  le plus souvent considéré comme  suspect ou "fraudeur"...

Monsieur CISSEK et Monsieur VANDETTIN n'ont pas été entendus, compris; c'est pour cela qu'ils ont décidé de mener une grève de la faim, en dernier recours, n'hésitant à mettre leur vie  en danger, lorsqu'il n'y a plus d'autre choix possible...

 

Nous ne comprenons pas l'attitude de notre gouvernement, qui d'un côté, avec d'autres gouvernements de l'Union Européenne, pose comme condition de l'entrée de la Turquie dans l'Union Européenne le respect des Droits de l'homme et d'un autre côté expulse vers la Turquie des personnes qui seront les victimes des atteintes à ces  mêmes Droits de l'Homme! Si ces personnes devaient être expulsées, c'est l'Etat belge qui deviendrait à son tour auteur des persécutions!

 

Le CRACPE demande la libération immédiate de ces deux personnes et réaffirme sa revendication d'une politique d'asile et d'immigration respectant les Droits Humains, ce qui implique la suppression des centre fermés et l'arrêt des expulsions.

Le CRACPE sera présent, comme chaque semaine, autour du centre fermé de Vottem, ce samedi entre 16H et 17H.

 

Pour tout renseignement complémentaire: l'avocate de Monsieur CISSEK est Maître Fanny Cotton 04. 342 30 50; l'avocat de Monsieur VANDETTIN est Maître Jean-Paul Brilmaker 04. 252 02 22.

 

En vous remerciant de l'attention portée à ce communiqué,

 

pour le CRACPE,

 

France Arets (0497 54 24 33)

17:55 Écrit par Chevaljak dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

c'est le cgra qui traite les recours des demandes d'asile pas l'office des étrangers. Ne mélangez pas tout ! Après tant d'années, vous êtes toujours dans l'approximation

Écrit par : jean box | 25/05/2007



Ce genre d'article me fait trop rire!!! Rectifions un peu!!! Le CRAPCE est venu comme habituellement soutenir les résidents le long des barrières du centre. Comme à chaque fois, les résidents du centre restent très peu intéressés de leur venue. Ils comprennent très bien leur faible pouvoir d'influence sur leur situation. Pas besoin de parler français pour comprendre cela! Mis à part envoyer de temps à autres des cartes de téléphone, que font-ils vraiment???!!!? Histoire de stopper radicalement ce genre d'intox, les résidents ont entamé une grève de la faim suite à l'influence de cette idée très judicieuse donnée par le groupe de manifestants du CRAPCE. Surtout l'homme au parle phone, le bruit qu'il faisait, on se serait cru dans un champs de bataille. Petit message pour lui: cela ne sert à rien de crier, ils ne vont pas venir plus vous écouter! Ils rigolent en chantant votre slogan! Donc , seulement à peine 20 personnes sur 120 ont déclaré une grève de la faim vendredi. Ce samedi, ils n'en restait déjà plus que 15 grand maximum qui ne voulaient pas aller manger. Et ce lundi midi, 3 exactement! Je travaille au sein du centre depuis des années! J'ai des enfants et une conscience humaine!!! Vous pensez bien que si une quelconque maltraitance était infligée à autrui, il me serait impossible de travailler là. Je lis dans le journal le viol d'un enfant ou j'entends à la télévision des gens qui meurent de faim, je pleure! Je suis loin de relativiser la cruauté dont les cons qui peuplent cette terre font preuve! Mais croyez moi, au sein du centre fermé de Vottem, ils y sont vraiment bien. Eux même le disent! Certains lors de leur libération restent devant la grille en demandant pour revenir car il n'ont sans doute nulle part où aller. Et ce n’est pas le CRAPCE qui va les accueillir au chaud! D'autres sont déjà revenus le lendemain en taxi. Ne pensez-vous pas que si réellement il y avait diverses maltraitances sur autrui, ils porteraient tous plaintes lors de leur sortie! Certains sont venus à Vottem à plusieurs reprises, et ils y rentrent avec le sourire. Car ils connaissent le système. Alors je trouve un peu facile d'inventer une dizaine de phrases de temps à autres pour nourrir du papier et justifier vos actions qui jusqu'ici sont inutiles et impuissantes face au système belge! La loi c'est la loi, ici ou ailleurs. J'ai conscience que beaucoup vivent sous une immense détresse dans leur pays. J'ai conscience que c'est plus qu'inacceptable d'observer toute cette souffrance sur de lointains horizons! Mais que pouvons nous faire? Comment la Belgique peut-elle trier les gens qui se trouvent dans un réel besoin de vivre en paix tout simplement, ou ceux qui déclarent ouvertement venir ici pour profiter du système, pour voler et faire du business afin d'envoyer l'argent au pays d'origine afin de préparer leur retour etc...? Comment??? Les 3/4 n'oseraient même pas commettre un seul de leurs délits dans leur pays d'origine! Ils auraient bien trop peur de faire un séjour dans une prison là-bas! Tout de suite, ça rigole moins! Ce sont de loin des enfants de cœur!!! Donc stop à, toutes ces conneries car c'est du temps perdu et c'est surtout de l'intox malsaine!!!!! De plus, je ne supporte pas ce genre de chantage! Je ne mange plus tant que je n'ai pas de papier! Si on commence tous à faire valoir nos droits avec ce genre de démarches, ça va être le carnaval toute l'année! Et moi alors je me fous nue dans la rue tous les jours à choquer les gens tant que le prix du mazout ne redescend pas car financièrement je tente de survivre! Et les sdf en Belgique, ils ne peuvent même pas tenir ce discours car ils n'ont pas le choix d'emblée, eux ils crèvent la dalle! Et qui s'en occupent???!? Certainement pas le CRAPCE, une cause qui leur coûterait tout de suite trop chère!

Écrit par : Soumi | 03/03/2008

Les commentaires sont fermés.