22/09/2007

Sémira...9 ans déjà !

Le 22 septembre 1998, Sémira Adamu était étouffée par ce qu'il faut bien appeler la raison d'Etat. A l'époque des milliers de personnes, jeunes surtout, ont manifesté leur colère face à cette déportation avec fin tragique. On a abandonné la pratique du coussin mais pas la violence, en neuf ans nos sollectifs ont recueillis des centaines de témoignages de violences faites aux personnes devant être rapatriées contre leur gré, et les expulsions continuent même si après la mort de Sémira un Ministre de l'Intérieur dut démissionner.

Ce 22 septembre 2007, entre 15 et 16 heures, 85 personnes (et non 40 comme dit dans le JT de 19 h 30 de la RTBF) ont commémoré l'assassinat de la jeune Nigériane. Les politiques brillaient par leur absence à part Josy Dubié et Karine Russo. Le chanteur Claude Semal, a capella, a chanté une très belle chanson d'hommage à Sémira de même qu'une petite chorale de Verviers une autre chanson en mémoire de notre amie nigériane.

Un ami de l'UDEP de Bruxelles a appelé des belges à faire grève de la faim avec la dizaine de sans papiers qui occupent depuis mercredi le stade communal de Saint-Josse.

Nous vous invitons à voir quelques images de cette manifestation symbolique prises cet après-midi dans le hall des départs à l'aérodrome de Zaventem sous la surveillance de nombreux policiers heureusement assez discrets.

Cliquer sur les diapos pour les voir en + grand.

aaasemira 045aaasemira 042aaasemira 033aaasemira 024aaasemira 022aaasemira 023aaasemira 026aaasemira 028aaasemira 029aaasemira 031aaasemira 034aaasemira 035aaasemira 037aaasemira 039aaasemira 040

aaasemira 047aaasemira 046aaasemira 048

 

21:53 Écrit par Chevaljak dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

20/09/2007

A Zaventem ce Samedi

RAPPEL: plus que 2 jours et on y est! Lire ci-dessous, petites modifications dans les infos pratiques et nouvelle liste de signataires .
Vibrant appel pour votre présence , en effet il semble que beaucoup se disent que comme c'est un  rassemblement à l'aéroport et pas une manif. de rue, on n'a pas besoin d'être trop nombreux et chacun  compte sur la présence des autres... ce qui peut s'avérer peu efficace...
Pas de souci si vous n'êtes pas disponible, le CRACPE ne vous inscrira pas sur sa liste noire!   Mais si vous l'êtes, votre présence est bienvenue!
France
Bonjour,
Vous trouverez ci-dessous à nouveau  l' appel à commémoration pour Semira, à l'aéroport national de Zaventem le samedi 22 septembre dès 15 heures, pour l'arrêt des expulsions!
Le CRACPE est partie prenante de l'initiative et vous invite à rejoindre les signataires de l'appel.
Pourriez-vous nous retourner votre signature, si ce n'est déjà fait,  ainsi qu'à l'adresse coordsanspapiersbxl@yahoo.fr ?
Rendez-vous est fixé pour un départ collectif à 13H30 à la gare des Guillemins: train de 13H58 pour Bruxelles et changement à Louvain pour Zaventem. Merci de nous communiquer votre participation effective dès que vous le pouvez.
Habillez vous de noir et amenez des fleurs! Nous aurons un tract à distribuer à l'aéroport expliquant la commémoration et aussi comment on peut s'opposer à une expulsion lorsque l'on est passager dans un avion.
Un grand portrait de Semira sera affiché. Deux chansons d'hommage à Semira seront chantées.
Il y a toujours un petit risque non mesurable ni prévisible d'interpellations lors d'actions à l'aéroport. Pas de panique: parmi les actions précédentes, la plupart ont eu lieu sans aucune  interpellation... Le risque le plus évident (et cela s'est parfois passé), c'est le contrôle d'identité - ce qui peut toujours arriver dans les aéroports même sans manif! -. Si nous en parlons, c'est  parce que cela représente un danger pour les sans papiers.
En dessous de l'appel, vous retrouvez l'appel précédent déjà diffusé et signé largement concernant le gel des expulsions.
Merci et à bientôt, France Arets (CRACPE)

SEMIRA ADAMU
Journée de commémoration le 22 septembre 2007
à 15 heures dans le hall de l’aéroport de Zaventem
 
9 ans que Semira est décédée,  étouffée par le mépris et la violence des politiques inhumaines d'immigration belge et européenne !  
Nous vous invitons à venir rendre hommage à cette jeune femme qui ne souhaitait qu’exprimer son envie de liberté, de bonheur !  Etre accueillie, aidée, alors qu’elle fuyait un mariage forcé au Nigéria, c’était le peu qu’elle demandait. Ce peu qu’une administration lui a refusé, ce même peu que des gendarmes lui ont fait ravaler pour qu’elle se taise et qu’elle parte loin... Mais c’est trop loin qu’ils ont été, et c’est aussi beaucoup trop loin qu’elle s’en est allée !
Aujourd’hui encore, de nombreuses femmes de par le monde vivent la même situation que Semira dans leur pays d’origine. Beaucoup d’entre elles restent  victimes d’un grand nombre de persécutions non prises en  compte par les pratiques restrictives en matière d’asile en Europe : les mutilations sexuelles, les viols … Quand elles viennent frapper à nos portes, c’est souvent la même réponse : répression et violence.
APPEL
Depuis la mort de Semira, la situation ne s'est pas améliorée. Nous nous devons de constater que le nombre d'expulsions augmente toujours. Cela risque de ne pas changer car plus que jamais ces hommes, ces femmes et ces enfants sont des chiffres, des quotas.
Dans les notes qui émanent jusqu’à présent des négociations gouvernementales, on semble s’accorder sur un processus limité de  régularisation;  mais aussi en même temps sur l’accroissement de la capacité de détention d’étrangers, donc du nombre d'expulsions. La machine continue sa marche et la construction d’un nouveau centre fermé, « inaugurée » il y a peu en témoigne.
Ces expulsions se passent dans l'anonymat total, sans aucun contrôle extérieur. Nous récoltons quotidiennement des témoignages de violences graves à l'aéroport sur les personnes qui  s'opposent à leur déportation. 
Certains partis, syndicats, ainsi que beaucoup d’associations et de citoyens ont signé un moratoire pour réclamer l’arrêt des expulsions tant que la politique gouvernementale en matière de régularisation n’est pas définie.  En effet, de nombreuses personnes expulsées aujourd’hui pourraient être dans  les conditions d’une régularisation même partielle, si elle se précise !
Des bourgmestres ont appelé à la désobéissance civile. Ils refusent  d’encore participer aux arrestations de personnes et familles sans papiers dans leur commune.
Nous exigeons que ce moratoire soit concrétisé et demandons l'arrêt immédiat des expulsions. 
Nous appelons chacun à refuser ce non - respect des personnes, cette violence symbolique et physique inacceptable qui s'exerce dans les aéroports et les centres fermés. Nous refusons de collaborer à un système digne d’un régime répressif. 
Nous réclamons de notre gouvernement belge à venir et de l’Union européenne dans son ensemble une politique migratoire respectueuse des droits fondamentaux de chacun.
Dès aujourd'hui, faites le choix d'être actif pour la mémoire de Semira et plus largement pour ces revendications: arrêt des expulsions et suppression des centres fermés!
Transmettez, distribuez cet appel à vos proches, vos amis, vos collègues, à votre carnet d'adresses e - mails,…C’est important que tous se souviennent…
Prenez un peu de temps de discuter, d’expliquer s’il le faut…
D'une manière ou d'une autre, vous avez votre place dans cette mobilisation solidaire. Rejoignez-nous !!
HABILLEZ VOUS  EN NOIR ET APPORTEZ DES FLEURS, BEAUCOUP DE FLEURS POUR COMMEMORER LA MEMOIRE DE SEMIRA
ce 22 septembre à l’aéroport , là ou elle a été assassinée en 1998 !
Pour ceux dont la signature manque…
signature de soutien à l'appel
- Association ...............................................................................................
- Nom du signataire ......................................................................................

Premiers signataires :

  • BASTA ! - Anvers
  • CRER - Coordination Contre les Rafles, les Expulsions et pour la Régularisation - Bruxelles
  • VAK - Vluchtelingen Aktie Komitee - Gand
  • CRACPE - Collectif de Résistance aux Centres pour Etrangers - Liége
  • Comité pour l'Annulation de la dette du Tiers Monde
  • MOUVEMENT CITOYENS PALESTINE - Saidi Nordine
  • LDH - Ligue des Droits de l'Homme - Belgique
  • MRAX - Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et la Xenophobie - Belgique
  • PTB- PVDA Parti du Travail de Belgique - Riet Dhont
  • Union des Locataires Marollienne - Dominique Huysmans, Manu Rabouin, Jean-Marie Stroobants
  • Association est Pateras de la vida Maroc - balga mohamed
  • RESF - Réseau Education Sans Frontières - Pierre Cordelier - France
  • ASSOCIATION HISPANO BELGA DE AYUDA MUTUA Asbl -  Ivan SALAZAR
  • UFLED asbl - L'Union des Femmes Libres pour l'Egalité des Droits - Naima Boudida
  • RESF 57 - Isabelle MIRE - Moselle FRANCE
  • Femmes Prévoyantes Socialistes - dominique dauby secrétaire des FPS liège
  • Cercle Interculturel Antonio Gramsci ASBL - Vandormael Raymond administrateur
  • asbl Barricade - Nicole Van Enis
  • COURSE DE LA  PAIX  - Käthe Kollwitz VREDESLOOP - Geert Vanlangendonck 
  • PARTIJ VAN DE ARBEID
  • Pierre Eyben - Secrétaire Politique de le Fédération liégeoise du Parti Communiste
  • Claude Semal 
  • Acteurs de l'Ombre - Roland REUTER
  • Links Libertair - Koen Zelderloo
  • Christenen voor het Socialisme
  • Educatief medewerkster vzw AIF - Diana Zangari
  • Catholic Worker Gent - Johan Maertens
  • LCR   Ligue Communiste Révolutionnaire - Isabelle Ponet
  • Collectif des Opprimes Immigres - COI-Belgique
  • Collectif A Contre Courant 
  • Afrique Autrement / Afrika anders - Lodonou.K.
  • Yves Formateur Ceppst-FGTB - Fontaine Pascal
  • Didier Somzé - enseignant Liège
  • HOLZEM Michèle - photographe 
  • Corinne Gobin
  • Bruno Colet, indépendant
  • Céline Delforge, Députée bruxelloise Ecolo
  • Geneviève Clockers
  • Micheline Halleux
  • Vincent Robeyns
  • Fred Lauriers
  • Stephane Doseray
  • Guettala djamal - Liege
  • Leon Vercruyssen
  • Mascellino Jo - Liège
  • Eva Doumbia, metteur en scène, Marseille
  • . . . !
LE GEL DES EXPULSIONS
CRER - Coordination pour la regularisation et la libre circulation / Août 2007
L’année passée a été mouvementée et la question de la régularisation a sans cesse été à la une.
Des milliers de Belges ont manifesté aux côté des sans papiers. Des milliers de pétitions ont été signées réclamant une régularisation.
Le monde associatif, culturel, syndical, ect… s’est uni pour exiger une nouvelle loi de régularisation. Le monde politique a répondu à cette demande : plusieurs présidents de partis se sont engagés à mettre la régularisation au programme du prochain gouvernement.
Attendons les élections : les promesses seront tenues et les sans-papiers seront régularisés !
Mais parmi les sans-papiers et leurs amis l’inquiétude monte. Il semble que l’Office des Etrangers entende « vider » la place avant la loi tant attendue. Les exemples de rafles et d’expulsions se multiplient. On va jusqu’à chercher les enfants dans les écoles.
Les sans-papiers et tous leurs soutiens exigent donc des politiques un engagement simple et concret : le gel des arrestations/expulsions jusqu’à la régularisation.
Les Bourgmestres ont un pouvoir sur la police locale, ils peuvent demander à leur police de ne pas intervenir dans des rafles et de ne pas avertir l’Office des Etrangers lors des contrôles. Ils peuvent concrètement geler les expulsions jusqu’à ce que les Présidents de parti aient tenu leurs promesses.
Pour que la régularisation ne soit pas qu’une promesse électorale de plus, nous demandons un geste concret.
CRER / Coordination pour la regularisation et la libre circulation 
Tel : 0496 40 33 09 / 0473 62 87 33

Premier signataires :

  • PS - Parti Socialiste de Belgique
  • ECOLO - Parti Ecologiste Belge  
  • FGTB-ABVV - Van Daele Daniel - Secrétaire Fédérale
  • LDH - Ligue des Droits de l'Homme - Belgique
  • FGTB Liegé - Huy - Waremme - Thierry BODSON - Secrétaire Régional 
  • MRAX - Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et la Xenophobie - Belgique
  • CRER - Coordination Contre les Rafles, les Expulsions et pour la Regularisation - Bruxelles
  • MOC - Mouvement Ouvrier Chrétien- Véronique Oruba
  • UDEP - Union pour la defense des Sans Papiers - Mouvement National
  • ATTAC Mons-Borinage - Alexandre Seron
  • DROITS DEVANT - Freddy Bouchez 
  • CLEA, Comité pour la Liberté d'Expression et d'Association - Luk Vervaet
  • LCR - Ligue Communiste Révolutionnaire
  • PTB- PVDA Parti du Travail de Belgique - Riet Dhont
  • UPJB - Union des Progressistes Juifs de Belgique - Jacques Ravedovitz, président.
  • CRACPE - Collectif de Résistance Aux Centres Pour Etrangers - Liège.
  • Forum Vrij Praten/Comité Tegen Armoede - Stefan Roumen
  • Comité de Soutien Aux Sans Papiers de la Région du Centre - Freddy Bouchez
  • LIGUE DES DROITS DE L'ENFANT - Jean-Pierre COENEN president 
  • Collectif de la région de Verviers pour le soutien des Sans-Papiers et pour le respect du droit d'asile - Marie-Noëlle Leloup
  • LA 5e COUCHE Editions - Xavier Lowenth
  • ACTEURS DE L'OMBRE - Roland Reuter 
  • CENTRE DES CULTURES asbl.- Tatiana De Barelli, Greta Van Vinckenroy, Benoit Marchal
  • PARTI COMMUNISTE - Jean Pierre Michiels
  • COURSE POUR LA PAIX / Vredesloop - Käthe Kollwitz
  • CAC Club Achille Chavée - Martine Godenir
  • COLFEN Collectif femmes en noir contre les centres fermés et les expulsions
  • L'Union des Femmes Libres pour l'Egalité des Droits asbl - Naima Boudida
  • Marie Nagy - Conseillère communale Ecolo à Bruxelles ville
  • AS.E.R.B asbl  Asociacion de Ecuatorianos Residentes en
  • De Ketelpatrouille vzw - Frank Cool
  • Paul-Emile Dupret,juriste au Parlement européen, groupe GUE/NGL
  • Gerkens Muriel - Députée fédérale Ecolo
  • Mont K'i ASBL
  • Jean-Paul Davreux - Oupeye, Belgique
  • BROUHON Jean-Pierre - Ixelles
  • DE VILLAR DILLE, Fransi - Cinéaste - Bruxelles
  • PREVOST - sociologue - Hoeilaert 
  • Marie-Françoise Cordemans - Ixelles
  • Marisol Palomo
  • Natacha Dewitte
  • Nellie EPINAT
  • Jean Pierre Wilmotte - Louvain-la-Neuve
  • Lemaire marc Bruxelles 
  • Legeay Chloé
  • Gérald Hanotiaux
  • Ruben Dominguez - Etterbeek
  • Grevisse Cecile et Legrand Libert
  • Sandra Petrovich artista plástica
  • Buno Colet - Indepéndant Verviers
  • ... !
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le PS demande un moratoire sur les expulsions des sans-papiers
Le PS a déposé en 2006 une proposition de loi demandant la régularisation des étrangers sur base de critères clairs et précis ainsi que la mise en place d’une Commission permanente de régularisation.
Concrètement, le PS demande la régularisation :
- des étrangers qui ont introduit une demande d’asile ou de regroupement familial depuis plus de 3 ans (en ce compris le recours auprès du Conseil d’Etat) et qui n’ont toujours pas reçu de réponse définitive ;
- des étrangers qui ont développé des attaches sociales durables en Belgique (il y a présomption d’attaches durables lorsqu’ils séjournent dans notre pays depuis plus de 5 ans) ;
- des étrangers qui sont dans l’impossibilité, pour des raisons indépendantes de leur volonté, de retourner dans leur pays d’origine.
Suite à l’appel des associations en ce sens, le PS demande que les expulsions des personnes rentrant dans ces conditions soient suspendues jusqu’à ce que le Parlement fédéral vote leur régularisation.
Il est en effet inhumain et indigne de notre société démocratique que des familles bien intégrées, dont les enfants vont à l’école, soient expulsées alors qu’elles habitent en Belgique depuis de nombreuses années. 
La procédure d’asile a été considérablement réformée en 2006 et est désormais plus rapide. Les demandes d’asile doivent être traitées dans l’année et de nombreux drames humains seront ainsi évités.
En attendant, on estime à environ 100.000 personnes le nombre de sans-papiers actuellement en Belgique. Ignorer leur existence est hypocrite. Pour le PS, l’accord du prochain Gouvernement fédéral doit nécessairement inclure un mécanisme permanent de régularisation sur base de critères objectifs et l’amélioration substantielle de certains aspects de la politique d’immigration (limitation de la durée de détention dans les centres fermés à 2 mois et interdiction de l’enfermement des familles avec mineurs).

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
La bourgmestre de "Groen" de Mortsel (Anvers) ne signera plus d'ordre d'expulsions !!
Rébellion contre les expulsions
Mis en ligne le 16/07/2007
- - - - - - - - - - - 
La bourgmestre de Mortsel ne signera plus d'ordre. Guy Verhofstadt ne l'approuve pas.
La bourgmestre de Mortsel, localité située en province d'Anvers, Ingrid Pira (Groen !) a fait fort en déclarant, dans une lettre ouverte adressée au quotidien flamand "De Morgen" et publiée samedi qu'elle n'entendait plus signer d'ordre d'expulsion. Ingrid Pira interpelle dans sa missive le Premier ministre démissionnaire Guy Verhofstadt (Open VLD), lequel a récemment qualifié la stratégie actuelle sur l'immigration d'égoïste et d'inhumaine.
La bourgmestre dit partager cet avis et, liée par un engagement moral, s'estime, à la suite de telles déclarations, dégagée de son obligation de signer et d'envoyer des ordres d'expulsion d'étrangers se trouvant en état d'illégalité sur le territoire belge.
L'action de la bourgmestre de Mortsel ne pose pas immédiatement problème selon l'Office des Etrangers car le service peut signifier lui-même ces ordres d'expulsion ou les faire signifier par la police fédérale. C'est ce qu'a indiqué à la VRT le directeur-général Freddy Rosemont de l'Office des étrangers, en désaccord, on le devine aisément, avec la prise de position de la bourgmestre.
De son côté, le Premier ministre Guy Verhofstadt a estimé que cette dernière confondait, consciemment ou non, la législation sur les demandeurs d'asile avec la problématique de l'immigration.
Immigration légale
Dans un communiqué publié samedi, il a rappelé qu'une législation existe en Belgique et dans les autres pays européens et que cette législation est destinée à empêcher que notre pays accueille tous les pauvres du monde.
Cela dit, M. Verhofstadt continue à considérer que, s'agissant de l'immigration en général, les politiques européenne et américaine sont égoïstes et inhumaines.
Il plaide pour sa part en faveur de davantage de libéralisme et pour une filière d'immigration légale.
Il voudrait que l'Europe applique un système grâce auquel les personnes étrangères viendraient dans nos contrées pour travailler au développement de notre société. Il s'agira d'insérer légalement ces personnes dans notre marché du travail mais aussi sur les plans culturel et sociétal, écrit-il.
En attendant, il estime que la bourgmestre écologiste doit appliquer la loi laquelle a été approuvée par une large majorité démocratique.
(avec Belga)
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Anciaux appelle les bourgmestres à ne plus signer d'arrêtés d'expulsion !!
Le ministre flamand de la Culture et du Sport, Bert Anciaux, a appelé lundi sur son blog tous les bourgmestres à la désobéissance civile. Il leur demande de ne plus signer d'arrêtés d'expulsion.

M. Anciaux, figure de proue de Spirit, soutient de la sorte l'initiative lancée par la bourgmestre de Morstel, Ingrid Pira (Groen!). La mandataire écologiste a annoncé samedi qu'elle ne signerait plus ce genre d'arrêté, après avoir lu une tribune libre écrite par le premier ministre sortant Guy Verhofstadt et dans laquelle il qualifiait d'inhumaine et égoïste la stratégie actuelle en matière d'immigration. L'intéressé a tenu à préciser le jour même que la bourgmestre confondait la législation sur les demandeurs d'asile et la problématique de l'immigration et l'enjoignait à appliquer la loi approuvée, précisait-il, par une large majorité démocratique.

M. Anciaux a félicité quant à lui Mme Pira. "Ingrid, je suis fier de vous! J'appelle tous les bourgmestres à la désobéissance civile. Les riches immigrants dictent la loi, les pauvres diables doivent dégager. Nous devons mettre un terme à cette situation inhumaine", écrit-il sur son blog. Le ministre veillera de son côté à utiliser toutes les compétences
qui sont les siennes pour donner une chance aux illégaux -jeunes, sportifs, artistes ou enfants- de rester ici. "La tolérance envers ceux qui sont venus tenter leur chance ailleurs peut considérablement s'accroître lorsque les déplacements de populations provoquent tant de dégâts et menacent l'homme ainsi que la nature", a-t-il ajouté.

Le président de l'Union flamande des Villes et Communes a rappelé qu'il revenait au ministre de l'Intérieur de refuser à un étranger l'accès au territoire et de lui donner l'ordre de le quitter. La décision est ensuite communiquée par lettre recommandée ou par les personnes désignées dans un arrêté ministériel de 1995: policiers fédéraux, fonctionnaires de l'Office des étrangers ou encore le bourgmestre ou un fonctionnaire
communal.

"Dans la pratique, l'on recourt au bourgmestre ou aux services communaux parce qu'ils savent en général où réside la personne expulsée. Si Ingrid Pira ne veut pas coopérer, la police fédérale ou l'Office des étrangers peuvent toujours agir", a-t-il souligné. Tant au cabinet du ministre flamand des Affaires intérieures, Marino Keulen, qu'au cabinet du ministre fédéral de l'Intérieur, Patrick Dewael, l'on n'a pas souhaité réagir aux propos de M. Anciaux. "Sottises", a-t-on simplement commenté. (belga)
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bourgmestres et Office des Etrangers opposés au sujet des immigrés
La désobéissance civile des bourgmestres et le manque de collaboration des pouvoirs locaux concernant les expulsions, est tout à fait inacceptable, a indiqué mardi soir l'Office des Etrangers en réaction à la décision de la bourgmestre de Mortsel Ingrid Pira et certains de ses collègues de ne plus signer d'arrêtés d'expulsion.

"C'est l'Office des Etrangers -et non les bourgmestres et les pouvoirs locaux- qui est compétent pour la politique des étrangers", a fait savoir l'Office des Etrangers dans un communiqué. Il précise que les bourgmestres et les pouvoirs locaux doivent appliquer la loi. Lorsqu'un étranger ne peut plus rester en Belgique, l'Office des Etrangers prend une décision administrative et la personne en question reçoit un ordre de quitter le territoire qui doit être signé par le bourgmestre.

Le week-end dernier, Ingrid Pira (Groen!) a annoncé qu'elle ne signerait plus ce genre d'arrêté, après avoir lu une tribune libre écrite par le premier ministre sortant Guy Verhofstadt et dans laquelle il qualifiait d'inhumaine et égoïste la stratégie actuelle en matière d'immigration. Les bourgmestres de Zwijndrecht, Gand, Roulers et Courtrai ont alors suivi son exemple.
(belga)



C.R.E.R. – Bruxelles : INFO  -  http://regularisation.canalblog.com/
Tél : 0496 40 33 09 - 0473 62 87 33

00:54 Écrit par Chevaljak dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/09/2007

Angelica

RASSEMBLEMENT POUR SOUTENIR ANGELICA ET SA MAMAN
Mardi 18 septembre à 9h00 du matin
en face du palais de justice de Bruxelles 
Pour Angelica et sa maman la fin du calvaire n'est donc pas encore arrivée. Ce 18 septembre à 9h du matin elles devront passer devant un juge qui décidera de leur sort. Voici pourquoi il est nécessaire que la solidarité que nous avons démontrée lors des vacances d'été se donne rendez-vous à nouveau, pour cette petite fille Equatorienne, sa maman mais surtout pour toutes les petites Angelica et leurs parents enfermés illégalement dans les prisons pour étrangers.
Le visage de cette petite fille de 11 ans a fait le tour du monde et avec elle la triste réalité de tous les enfants et leurs parents qui vivent en Belgique les injustices de l'exploitation, parce que sans couverture sociale, sans aucun droit, SANS PAPIERS.
D'après les dirigeants belges ceci ne s'améliorera pas : de plus en plus de moyens étant choisis pour continuer la chasse aux indésirables.
Des enfants en prison ?
En Belgique une catégorie de la population est considérée par la loi comme indésirable, une sorte de criminels dangereux à chasser et enfermer, enfants y compris.
Depuis seulement deux ans le nombre d'enfants enfermés dans la prison pour étrangers s'est multiplié par << cinq >> et si l'inhumaine situation de la petite Angelica a servi à prendre conscience de cette réalité honteuse, nos décideurs politiques n'ont pas été plus émus que ça.
Cette petite fille et sa maman ont subi, et ce jusqu'à la dernière minute, toutes les violences physiques et psychologiques pratiquées lors d'une expulsion forcée, sans aucune considération de genre, d'âge ou de sexe.
Les enfants sans papiers vivent l'exploitation de leur condition sociale de manière plus violente et agressive. Et bien qu'ils aient le droit à la scolarité, celle-ci ne leur donne pas le droit à un diplôme ou une reconnaissance officielle au terme de leur parcours scolaire ; une fois celui-ci terminé, ils peuvent être expulsés vers leur pays d'origine.
Ceci même si des dizaines d'années se sont écoulées depuis leur arrivée en Belgique, sans parler des attaches culturelles et sociales créées grâce à leur fragile séjour.
Ces enfants sont littéralement << chassés >> quand un de leurs parents sans papiers est arrêté, l'objectif du ministère de l'intérieur est d'enfermer toute la famille afin de réussir l'expulsion collective.
En janvier 2007, une plainte pénale a été déposée pour libérer les enfants de ces prisons pour étrangers, victimes de traitements inhumains et de détention arbitraire. Mais la justice pénale est lente.
Une action civile en référé (soit en urgence) pour faire interdiction à la Belgique d'emprisonner les enfants, a été intentée par les associations de défense des droits de l'Homme, mais le Tribunal a considéré que les organisations plaignantes n'avaient "intérêt à agir" et ne pouvaient donc pas se présenter comme partie dans cette affaire.
La question qui se pose, si les organisations de défense des droits de l'Homme ne sont pas habilitées pour défendre des enfants en danger, qui doit faire respecter les condamnations de la Cour Européenne des Droits de l'Homme et demander de libérer ces enfants ???

En attendant des centaines de personnes sont arrêtées, enfermées et expulsées  illégalement par le gouvernement belge sans que les dirigeants politiques ne s'en inquiètent.
Nous appelons tous, citoyens, associations, ONG, les personnes sans papiers à continuer le combat contre ses injustices face à des familles et enfants fragilisés et à exiger que Angelica et sa maman, que toutes les familles installés chez nous, puissent continuer à vivre dans le pays qu'ils ont choisis.
Contact :
CRER - Coordination pour la regularisation et la libre circulation
Oscar Flores 0496 40 33 09

15:51 Écrit par Chevaljak dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/09/2007

VOTTEM : samedi 8/9/07 à 16 h...

Bonjour,
Encore une fois une famille déchirée par l'Office des Etrangers!
Lisez le texte ci-dessous et rejoignez nous ce samedi 8 septembre à 16 heures autour des grilles de Vottem pour affirmer notre solidarité et  exiger la libération de Monsieur Mvumbi!
Merci d'avance pour votre présence si possible,
pour le CRACPE, France Arets

RASSEMBLEMENT POUR LA LIBERATION D’UN PERE DE FAMILLE
Monsieur Mvumbi Papsy, originaire du Congo, réside en Belgique depuis 1997. Il vivait avec sa compagne et ses deux enfants, de 7 ans et 4 mois, tous deux nés en Belgique. Sa compagne est régularisée depuis 2005 et il a reconnu ses 2 enfants, également régularisés. Sa compagne a un autre enfant de nationalité belge.
Il a fait une demande d’asile à son arrivée en Belgique qui a été déclarée recevable, puis rejetée en 2001.
Monsieur Mvumbi a introduit deux demandes d’autorisation de séjour sur base de l’art. 9.3 de la loi du 15 décembre 1980 en 2002, puis en 2005 suite à la régularisation de sa compagne. Ces demandes ont  été déclarées irrecevables en 2004, puis en 2007.
En juillet 2007 l’Office des étrangers a notifié à Monsieur Mvumbi un ordre de quitter le territoire avec décision de privation de liberté et l’a enfermé au centre fermé de Vottem en vue d’une expulsion.
Son avocat a fait une demande de mise en liberté le 13/08/2007 devant la chambre du conseil, refusée. Il a fait appel à cette décision en chambre de mise en accusation : rejeté.
L’avocat a introduit devant le Conseil du contentieux des étrangers une demande de suspension et un recours en annulation à l’encontre de la décision d’irrecevabilité (art.9.3) le 12 juin 2007, argumentant du droit au respect de la vie privée et de la vie familiale (art 22 de la constitution et art.8 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales)
Le Conseil a rejeté cette demande, en considérant que la vie familiale de Monsieur Mvumbi, non contestée par l'Office des étrangers, ne constituait pas une circonstance exceptionnelle puisque la décision d'irrecevabilité ne lui imposait qu'une séparation temporaire d'avec sa famille. Monsieur Mvumbi serait en outre le seul responsable de cette situation puisqu'il aurait tissé ses relations familiales en situation irrégulière, ce qui est inexact.
Le Conseil estime que Monsieur Mvumbi doit retourner dans son pays pour y faire sa demande de séjour et que sa famille pourra l'y rejoindre.
Il est clair qu’une demande de séjour dans le pays d’origine prendra beaucoup de temps (le délai moyen de traitement d'une telle demande est de 2 ans) et que la famille est incapable de se payer des voyages réguliers pour essayer de préserver la vie familiale.  De plus, il est illusoire de penser que les enfants pourront suivre une scolarité normale au Congo.
L’Office des Etrangers a choisi volontairement d’essayer d’expulser ce père de famille et séparer les enfants de leur père.
L’avocat introduit une procédure d’annulation de l’ordre de quitter le territoire et prépare un recours en cassation administrative contre l'arrêt du Conseil du contentieux des étrangers. Ces deux procédures ne sont pas suspensives d’une expulsion.  Monsieur Mvumbi peut être expulsé à tout moment.
Pourquoi compliquer la vie d’une famille quand on peut faire simple ?
Pourquoi s’acharner à enlever un papa à ses enfants ??
Nous appelons à

Un Rassemblement devant le centre fermé de Vottem avec le CRACPE

  samedi 8 septembre à 16 heures
Un Rassemblement devant l’Office des étrangers (bd Albert 2)avec le CLSP et la CRER
 mercredi 12 septembre à 15 h
Pour exiger la libération de ce père de famille.
Nous n’acceptons pas que des familles soient séparées et que des enfants soient otages de la politique arbitraire de notre Office Des Etrangers
Pour le CRACPE : www.cracpe.tk   Pour la CRER :  coordsanspapiersbxl@yahoo.fr ; http://regularisation.canalblog.com/ Contact : 0473 62 87 33

19:36 Écrit par Chevaljak dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |